Non, DSK n’inquiète pas l’Elysée

FRANCE-MEDIAS-STRAUSS-KAHNUn sondage a été commandé par Le Parisien Magazine demandant aux sondés, compte tenu du niveau d’impopularité supposé du gouvernement, quelle serait, parmi quatorze personnalités politiques de premier ordre à François Hollande, celle qui pourraient faire en mieux que lui à sa place.

Dominique Strauss-Kahn a été cité dans cette liste et il est arrivé en tête à 56%, devant Alain Juppé à 53%, puis, Nicolas Sarkozy (49%) et Manuel Valls (48%).

Ce sondage ne pose pas la question de la volonté des français d’un retour de DSK aux affaires. Il explique simplement que ces derniers le considèrent comme le mieux à même de diriger la France, ce qui, en soit n’est pas une surprise, quand on se souvient du plébiscite qui l’attendait pour la présidentielle 2012, avant l’affaire Sofitel.

Quant à savoir si les français souhaitent son retour au premier plan, il n’est qu’à leur poser la question. C’est ce que nous faisons très régulièrement au Club DSK et les réponses sont de plus en plus positives.

La situation de crise durable, que ce soit en France ou en Europe, sans parler de celle du reste du monde, la difficulté qu’a le gouvernement de François Hollande d’en découvrir une l’issue, laquelle ne peut, de toutes façons, se trouver qu’en collaboration avec nos partenaires européens, tout ceci fait que nul coup de main d’une personnalité rompue aux affaires du monde et dotée d’une capacité d’analyse, de décision et d’efficacité que personne ne conteste, ne serait de trop pour permettre une avancée réelle, rapide et durable vers une nouvelle période de croissance raisonnée et équilibrée au sein de l’Europe, ainsi qu’en France.

Alors les français souhaitent-ils le retour de DSK ? Oui, assurément, de plus en plus.

Reste que notre gouvernement, dirigé par un premier ministre nommé par le Président François Hollande, lui-même légitimement élu par le peuple, a, seul, la responsabilité de gérer le pays. François Hollande sait que DSK est là, il sait combien cet homme peut être utile à la France, nul doute que le moment venu, mais ce moment n’est pas encore venu, il saura quoi faire.

Les sondages aboient, le gouvernement travaille et Dominique Strauss-Kahn fait ce qu’il a à faire.

Publicités

DSK sur CNN : Welcome back Dominique :)

DSK_sur_CNN -2013-07-102 ans après le coup brutal porté à Dominique Strauss Kahn par la justice et la police américaine, DSK, alors Directeur Général du FMI et candidat espéré d’une forte majorité de français, à gauche comme à droite,  à la présidentielle française pour succéder à un Sarkozy rejeté looser de la république, Dominique revient sur la scène médiatique, économique et politique, mais cette fois, par les grandes portes, montant les marches à Cannes, dans les tribunes à Rolland Garros, puis reçu au Sénat pour donner ses lumières sur la situation de la France.

C’est aujourd’hui à CNN qu’il a décidé de donner une interview,  choix symbolique s’il en est, qui lui permet, dans son anglais reconnaissable entre tous, de donner son avis sur cette déviance du système américain de justice qui jette à terre un innocent présumé ne sachant pas ce dont on l’accuse, le trainant devant les caméras, menottes aux poignets, le donnant en pâture aux caméras de la Terre entière… Nos voisins d’outre atlantique ont de sérieux progrès à faire en matière de protection de la présomption d’innocence et DSK a tenu à le leur rappeler.

Dominique Strauss-Kahn se préparait à l’époque de son assassinat médiatique, à quitter le FMI de la façon la plus courageuse et plus noble qui soit, après avoir fait opérer à cette institution un virage social important, quoi qu’en pensent les donneurs de leçon gauchisants et ne se remettant pas de la mort du communisme, c’est-à-dire, avec un discours qui s’apprêtait à devenir historique, plaçant notamment comme successeur à la tête du FMI un Directeur Général issu des pays émergents, de l’Afrique.

Dominique Strauss-Kahn s’apprêtait à revenir sur le sol français et commencer sa campagne pour la présidentielle, où tout le monde l’attendait et majoritairement, l’espérait vainqueur contre Sarkozy.

Il en a été autrement et le moins que l’on puisse dire, à l’éclairage d’aujourd’hui, c’est que bien peu de monde parmi le ‘personnel politique’,  à gauche comme à droite, se sont mouillés pour lui, alors qu’il était donc innocent, qui peut affirmer le contraire maintenant ?

DSK donne son avis sur les affaires du monde, sans langue de bois, tacle au passage les gouvernants du monde, qui démontrent beaucoup trop de timidité dans la conduite des affaires, dans le combat contre la spéculation financière mortifère pour les États et les peuples. Il est peu tendre avec l’Europe, telle que gérée aujourd’hui, lui reproche une vision beaucoup trop repliée, alors que son devenir, son développement ne peut être qu’enthousiaste, jouant à fond la mondialisation, plutôt que tentant maladroitement et stupidement de s’en protéger.

Quant à la France, mais là, c’est Gilles Saulière, Président du club DSK qui le dit : « Sarkozy revient sur le devant de la scène pour réclamer de l’argent aux français pour son parti, l’UMP ! Nous demandons le retour de DSK au premier plan pour aider le président Hollande et le gouvernement Ayrault à ramener la prospérité à la France, aux françaises, aux français. »

%d blogueurs aiment cette page :