Rencontre DSK – Leftblogueurs, les médias à la traîne, prêchent le faux, pour… ?

la-comèteLundi 7 septembre à 20 heures, avait lieu la fameuse rencontre entre Dominique Strauss-Kahn et une vingtaine de blogueurs, membres des LeftBlogs.

Cette rencontre avait été organisée par le principal animateur des LeftBlogs, à la demande de DSK, à la condition expresse qu’elle ne soit pas ébruitée avant, que rien ne soit publié pendant, qu’aucune photo ne soit prise, que les publications, ensuite, restent modérées et ne dévoilent rien problématique quant aux échanges, placés sous le signe de la sincérité et de la transparence.

Tout s’est donc passé ainsi et la rencontre a eu lieu. Rencontre riche, amicale, détendue.

Le Club DSK n’était pas présent à cette rencontre au titre du club, mais quelques membres y étaient, au titre de blogueurs.

Rien n’avait filtré dans les médias, aucun billet de blog n’avait été repris, jusqu’à ce matin, 15 septembre. Il faut dire que certains, dans la presse, annoncent régulièrement la mort des blogs. Bel exemple de tentative de prédiction autoréalisatrice, stérile, puisque pour citer l’exemple de DSK himself, il nous a dit ce soir là avoir délibérément choisi désormais ce mode de communication, à travers son site slideshare, relayé par son compte twitter, avec un succès qu’il apprécie, nous indiquant que son post sur la crise gecque, avait ainsi reçu 2 millions de vues et sa « lettre à mes amis allemands », 1,5 millions de lectures.

Ce matin, la presse se réveille et « révèle » de présumés contenus de la réunion du 7 septembre.

Au moins, l’on pourra dire pour une fois, qu’elle ne s’est pas précipitée, comme trop souvent…

Ceci dit, lancer et relayer de fausses informations, des messages erronés, est-ce bien ainsi qu’elle va regagner les lettres de noblesse qu’elle a perdues depuis pas mal de temps dans les caniveaux de la république, du moins en France ? Rien n’est moins sûr et comme le dit Myriam Laouffir, également présente ce soir là :

Quant à nous, au club, nous continuerons à soutenir les idées de Dominique Strauss-Kahn et à rassembler toutes celles et ceux, bien nombreuses, bien nombreux, qui ont du mal à ne plus le voir sur une scène politique qui est proche de nous, celle de la France.

Gilles Saulière
Président du Club DSK

Publicités

Communiqué de presse : le Club DSK rouvre ses portes et devient le New Club DSK

Épisode judiciaire clos, situation nationale et internationale grave, Dominique Strauss-Kahn a opéré son retour via Twitter, avec la déjà culte formule « Jack is back ! » puis, a rapidement exprimé son analyse de la situation de la Grèce vis-à-vis du FMI et de l’Europe.
De facto, il signe là son retour au premier plan de la scène politique.

Cependant, ne nous trompons pas, sa démarche ne vise aucunement son retour sur la France pour l’échéance de 2017, même si le sondage ViaVoice commandé par Libération confirme le souhait des français de le « rêver » en meilleur candidat possible, la page est tournée.

Dominique Strauss-Kahn opère son retour sur la scène européenne et internationale et c’est bien à ce niveau là, que nous le verrons déployer ses qualités d’analyste économique et politique et prodiguer ses conseils aux gouvernements et institutions internationales.

Nous avons rouvert le Club DSK, nous l’avons changé de nom, pour marquer le fait que nous ne sommes plus dans une optique présidentielle française. Il nomme désormais New Club DSK et aura vocation à rassembler toutes celles et ceux qui soutiennent ses idées et voient en Dominique Strauss-Kahn, une chance pour l’Europe et pour le monde, mais aussi, bien évidemment, pour la France, de participer à dénouer un certain nombre de crises majeures, dont celle de la Grèce ces jours-ci n’en est qu’une parmi bien d’autres.

Pour Gilles Saulière, co-fondateur et Président du New Club DSK :  « Notre liberté de parole et d’action demeure totale, nous irons sur le terrain, à la rencontre des français, mais pas seulement, qui souffrent de vivre dans un monde qui offre d’immenses possibilités de croissance et de partage de richesses, mais qui ne leur offre pas « suffisamment » la chance de bénéficier du progrès, lequel devait « libérer l’homme », … mais en lui donnant les moyens de vivre cette libération. »

AFP / Le Club DSK va lancer un think tank « Les Progressistes » après la présidentielle

AFP  05/01/2012

Le Club DSK annonce aujourd’hui qu’il allait lancer un cercle de réflexion pour promouvoir les idées sociales démocrates, après la présidentielle, lors de laquelle il devrait soutenir « le mieux placé pour défendre ces idées-là », à savoir François Hollande.

« On va créer un think tank dédié aux idées sociales démocrates, après la présidentielle. Il s’appellera ‘les Démocrates' », a déclaré Antonio Duarte , président du Club DSK, lors d’une conférence de presse. « François Hollande est à l’évidence le mieux placé pour défendre ces idées sociales-démocrates », a estimé Antonio Duarte, un ancien du MoDem qui est passé au PS.

Le Club DSK, qui revendique 2000 adhérents, 8000 sympathisants et une dizaines d’antennes, devrait se prononcer très prochainement, sur le soutien à apporter à un candidat. « On veut peser sur le débat, il faut que François Hollande poursuive sa démarche d’ouverture. On défend toujours l’idée d’une coalition sociale, démocrate et écologiste », a-t-il poursuivi, voyant bien figurer dans cette large alliance le MoDem, le Nouveau Centre, le PS, EELV et le PRG.

« Nous voulons contribuer à recomposer le paysage politique français encore assez archaïque en ce qui concerne ces idées », a ajouté l’ancien responsable des questions écologiques de François Bayrou pendant sa campagne de 2007. Pour ces soutiens à Dominique Strauss-Kahn, l’ancien présidentiable déchu « a droit à une seconde chance. Il est en train de se reconstruire, il a déjà fait son retour sur la scène internationale à Pékin, on est sur le point de clore l’épisode personnel » de ses démêlés avec la justice et « il commence à être de nouveau audible ». « Le moment venu, DSK se prononcera sur quel rôle il veut jouer sur la scène politique européenne et internationale », a assuré M. Duarte.

Le Parisien / (Club DSK) DSK : les autorités françaises nient tout contact avec le procureur de New York

Le Parisien et AFP  09/12/11

Les autorités françaises ont démenti vendredi des informations de «Libération» selon lesquellesdeux fonctionnaires des ministères de la Justice et des Affaires étrangères sont intervenus, depuis Paris, auprès du procureur de New York au lendemain de l’arrestation de DSK.

«Seuls le consul général et son adjoint à New York ont eu des contacts avec les autorités new-yorkaises, en l’occurrence exclusivement la police et la prison de l’Etat» dans le cadre de la protection consulaire, a déclaré le porte-parole du Quai d’Orsay, Bernard Valero. «A aucun moment, le ministère n’a appelé le bureau du procureur», a-t-il ajouté.

«Des allégations dénuées de la moindre vraisemblance»

«La Chancellerie oppose le démenti le plus catégorique aux allégations dénuées de tout fondement et d’ailleurs de la moindre vraisemblance, selon lesquelles un fonctionnaire en poste au ministère de la Justice serait entré en contact le 15 mai 2011 avec le bureau du procureur de New York pour lui transmettre des informations», a déclaré Bruno Badré, son porte-parole.

Selon «Libération», les avocats de Dominique Strauss-Kahn avaient négocié le 15 mai, au lendemain de son arrestation, sa libération sous caution avec le procureur Cyrus Vance Jr. Le journal indique que ses informations sont «recoupées auprès de plusieurs sources». L’accord de remise en liberté sous caution a été annulé par le bureau du procureur quelques heures plus tard, selon «Libération» qui établit un lien entre ce revirement et deux coups de téléphone passés par des fonctionnaires basés à Paris aux enquêteurs américains.

Le journal affirme que plusieurs sources lui ont indiqué que deux coups de téléphone «français» avaient été passés dans l’après-midi du 15 mai à John «Artie» McConnell, l’un des adjoints du procureur. «Libération» écrit au conditionnel que les fonctionnaires du Quai d’Orsay et du ministère de la Justice auraient transmis au procureur des éléments sur d’autres affaires dans lesquelles DSK pourrait être impliqué. Le journal cite l’affaire Tristane Banon et «une affaire de prostitution dans le nord de la France», faisant le rapprochement avec le dossier du Carlton de Lille.

De son côté, le club DSK, club politique créé en 2010, demande «au Garde des Sceaux d’apporter toute la lumière sur cette affaire». «Le cas échéant, nous demandons instamment que la Justice française ouvre une enquête sur cette intrusion politique dans la Justice Républicaine ! Les conséquences sur le cours de la Justice ayant été lourdes, l’on peut supposer que les conséquences d’une implication du pouvoir en place le serait d’autant plus si elle était avérée…»

Midi Libre / (Club DSK) Le Club DSK estime que Guéant tente de couvrir « un scandale » politique

Midilibre.fr 04/12/2011, 18 h 41 |

Le Club DSK estime que Guéant tente de couvrir "un scandale" politique

Le Club DSK a renouvelé dimanche sa demande d’ouverture d’une enquête préliminaire sur d’éventuelles écoutes des communications de Dominique Strauss-Kahn dans l’affaire du Sofitel, estimant que les dernières déclarations de Claude Guéant étaient une tentative de diversion.

Le ministre de l’Intérieur a fait état dans le JDD d’un contrôle de police en 2006 de l’ancien directeur général du FMI dans le Bois de Boulogne, un haut lieu de prostitution de la capitale.

Pour le Club DSK, qui revendique 2 000 membres et 6 000 sympathisants de l’ancien ministre, ces déclarations « démontrent la fébrilité du pouvoir actuel devant les dernières révélations qui mettent sérieusement en doute leur absence d’implication dans le BlackBerryGate ! ».

Un des portables de DSK piraté ?

Le club fait allusion à l’enquête d’un journaliste américain Edward Epstein évoquant la disparition d’un des portables de DSK – son téléphone professionnel du FMI de marque BlackBerry – dont ce dernier pensait qu’il avait été « piraté », comme l’ont affirmé à l’AFP la semaine dernière plusieurs de ses proches.

« Claude Guéant tente de couvrir ce qui semble être un scandale dans notre République, à savoir des écoutes illicites des communications et des e-mails du principal adversaire du chef de l’Etat, qui était de surcroît directeur général du FMI, en violation totale des règles démocratiques élémentaires et des traités internationaux en vigueur! », poursuit le club DSK.

Il réitère sa demande que « la justice française ouvre une enquête préliminaire afin d’établir la véracité des faits en question et le degré d’implication de la rue du Faubourg Saint Honoré (l’Elysée), de la rue La Boëtie (siège de l’UMP) et de la Place Beauvau (ministère de l’Intérieur) dans le BlackBerryGate ».

Le club assure par ailleurs n’accorder « aucun crédit à d’hypothétiques thèses de complot imaginaires » et s’en « tenir à la stricte réalité des faits établis ». « Ceux-ci, ajoute-t-il, montrent clairement un faisceau d’indices concordants entre Accor (le propriétaire du Sofitel) et le pouvoir en place ».

AFP / (Club DSK) Levée de bouclier au PS contre Guéant, accusé de s’acharner sur DSK

AFP 04/12/11

Levée de bouclier au PS contre Guéant, accusé de s'acharner sur DSK
PARIS – L’exhumation par Claude Guéant d’un contrôle de police de Dominique Strauss-Kahn au bois de Boulogne en 2006 a semé dimanche la consternation dans les rangs du PS, tout particulièrement parmi les amis de DSK, qui s’interrogent sur l’intérêt de s’en prendre à un homme « à terre ».

En évoquant publiquement, dans le JDD, cette affaire ancienne qui circulait depuis plusieurs semaines dans les rédactions à l’état de rumeur, le ministre de l’Intérieur a utilisé des méthodes de « basse police« , a condamné Jean-Marc Ayrault, conseiller spécial de François Hollande, lui demandant de cesser d’agir « en barbouze« .

L’ex-Premier ministre Laurent Fabius n’a pas non plus mâché ses mots, jugeant qu’un ministre doit « s’occuper d’autre chose que des poubelles« , quand le député PS Julien Dray s’attaquait à la droite « des officines et des ragots« .

Mais les premiers à réagir ont été les amis de Dominique Strauss-Kahn.

M. Guéant « en fait trop« , au point que « cela finit par être suspect« , a jugé son ancien lieutenant le député PS de Paris Jean-Christophe Cambadélis.

« DSK n’est plus candidat à l’élection présidentielle. Il est à terre. Il doit faire face à des attaques de tous côtés. Et le ministre de l’Intérieur en rajoute. Plantant sa petite dague. Pourquoi’ (…) De quel secret DSK est-il dépositaire qui menacerait le pouvoir’« , s’interroge-t-il.

Michel Taubmann, biographe de Dominique Strauss-Kahn et auteur d’un livre paru cette semaine défendant la thèse d’un complot dans l’affaire du Sofitel –alimentée notamment par la disparition mystérieuse d’un téléphone portable– a jugé sur BFMTV que M. Guéant était « en train de perdre les pédales« .

« Je n’imaginais pas que mon livre allait susciter une telle panique« , a-t-il dit, jugeant manifestement que ses propres thèses sont à l’origine de la réaction du ministre de l’Intérieur.

Pour le Club DSK, qui revendique 2.000 membres et 6.000 sympathisants de l’ancien ministre, les déclarations de Claude Guéant démontrent également « la fébrilité du pouvoir actuel devant les dernières révélations qui mettent sérieusement en doute leur absence d’implication dans le BlackBerryGate!« .

Plutôt que le livre de M. Taubmann, le club invoque l’enquête du journaliste américain Edward Epstein, qui lui aussi parle de la disparition d’un des portables de DSK –son téléphone professionnel du FMI de marque BlackBerry– pour suggérer la piste d’un possible espionnage.

« Claude Guéant tente de couvrir ce qui semble être un scandale dans notre République, à savoir des écoutes illicites des communications et des e-mails du principal adversaire du chef de l’Etat« , poursuit le club DSK.

Enfin le député PS Jean-Jacques Urvoas, lui aussi très proche de DSK, a accusé Claude Guéant de mensonge dans l’affaire du bois de Boulogne.

Dans un communiqué, le secrétaire national à la sécurité du PS rappelle avoir saisi le ministère en mai dernier à l’occasion d’un article du Monde faisant état d’une note policière relative –déjà– à un contrôle de DSK « dans un haut lieu des rencontres tarifées » de l’ouest parisien.

Or selon l’élu socialiste, le directeur-adjoint de cabinet de Claude Guéant, Alain Gardère, l’avait alors assuré « qu’aucun compte rendu administratif concernant (la) vie privée (de DSK) n’existe et a fortiori n’a circulé en provenance de la police« .

« Claude Guéant connaît le poids des mots« , souligne le député du Finistère. « En conséquence, ou le préfet Alain Gardère m’a menti, ou bien le ministre Guéant ment à l’ensemble des Français, ce matin, dans le Journal du Dimanche« .

Le Monde / (Club DSK) « BlackBerrygate » : les partisans de DSK réclament une enquête

LEMONDE.FR avec AFP | 26.11.11

Ebranlés par les révélations du journaliste américain Edward Jay Epstein sur les zones d’ombre de l’affaire du Sofitel, les proches du principal intéressé, réunis au sein du club DSK, ont estimé dimanche 27 novembre que le parquet devait enquêter.

« Les nombreuses révélations d’un journaliste d’investigation indépendant, Edward Epstein dans le NYRB (New York Review of Books), viennent confirmer la possibilité d’un tracquenard politique visant à espionner, voire à éliminer sciemment de la course (présidentielle), le principal concurrent du chef de l’Etat avec la complicité du parti majoritaire et d’un groupe international français (le groupe Accor, proporiétaire du Sofitel)! », écrit le Club DSK dans un communiqué.

« Le Parquet doit se saisir des éléments d’investigation pour se procurer les fadettes des communications téléphoniques et e-mails entre l’Elysée, l’UMP et New York le 14 mai 2011 où il semble avéré que des communications, d’abord démenties, puis reconnues, ont permis d’être au courant de l’affaire du Sofitel », ajoute ce club de partisans de l’ancien directeur général du FMI.

Il estime également que « le Parlement doit créer une commission parlementaire pour réaliser une enquête en toute transparence sur les différents élements connus à ce jour afin de contribuer à la manifestation de la vérité dans cette affaire du BlackBerry Gate ! ».

De son côté, le ministre de l’intérieur, Claude Guéant, a nié dimanche tout « complot »contre Dominique Strauss-Kahn et  dénoncé un « vrai fantasme »« J’ai lu l’article du journaliste américain [Edward Epstein]. Qu’est-ce qu’il remarque ? Que DSK a égaré son téléphone. Ce n’est pas parce qu’il a égaré son téléphone qu’il y a complot », a déclaré M. Guéant lors de l’émission « Le Grand Rendez-vous » d’Europe1, I-télé et Le Parisien.

UNE FICELLE « TRÈS, TRÈS GROSSE »

La veille, le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé, avait jugé « la ficelle [du complot] très, très grosse ». Interrogé par la presse en marge d’une réunion des cadres de l’UMP à Paris sur l’enquête d’un journaliste américain pointant des zones d’ombres dans cette affaire, M. Copé a répondu qu’on était « dans une espèce d’ambiance où se multiplient rumeurs et ragots »« Moi, s’il y a des faits avérés, s’il y a des preuves évidentes, il va de soi qu’on doit les uns et les autres en tirer les conséquences, mais tant que ce ne sont que des allégations, sur la base de témoignages anonymes dont on ne sait strictement rien, vous comprendrez alors que nous restions un peu plus réservés et surtout pas dupes », a-t-il ajouté.

M. Copé a rappelé que, depuis le début de l’affaire, le 14 mai, il avait « veillé à ce que la direction de l’UMP fasse preuve de la plus grande mesure »« Le moins que l’on puisse dire, c’est que la ficelle est très, très grosse », a-t-il souligné.

« DES LEURRES POUR FAIRE DIVERSION »

« Tout cela est absolument ridicule. Moi je veux bien voir des preuves et des faits s’il en y en a (…) Aujourd’hui, on essaie de recoller des bouts d’éléments pour faire croire à cette thèse du complot qui n’a aucun sens », a-t-il ajouté un peu plus tard sur TF1.

« On n’est dupe de rien. Le petit numéro sur le complot à six mois de la présidentielle, on commence à nous le servir sur tous les sujets (…) Ce ne sont que des leurres pour faire diversion. Au rythme où ça va, je me demande si on ne devrait pas voir, pour le même prix, une certaine responsabilité de l’UMP dans l’assassinat de Kennedy, puisque ce journaliste est spécialiste de l’analyse du complot concernant [cet assassinat] », a-t-il ironisé.

LE TÉLÉPHONE DE DSK POURRAIT AVOIR ÉTÉ PIRATÉ

Dans son enquête, le journaliste américain avance que le téléphone BlackBerry de Dominique Strauss-Kahn aurait pu avoir été piraté. D’après « plusieurs sources proches de DSK », une « amie » travaillant à l’UMP aurait annoncé le matin même du 14 mai à l’ancien ministre qu’un courriel qu’il avait envoyé à son épouse Anne Sinclair avait été lu avant l’affaire du Sofitel dans les bureaux du parti du président Nicolas Sarkozy.

Le journaliste assure que ce fameux téléphone n’a d’ailleurs toujours pas été retrouvé que ce soit « par la police ou les détectives privés » embauchés par les avocats de DSK et qu’il a apparemment été désactivé au Sofitel.

L’un des avocats américains de M. Strauss-Kahn a aussitôt déclaré ne pas exclure que son client ait été victime d’une « entreprise délibérée visant à le détruire politiquement ».

AFP / (Club DSK) Sofitel: le club DSK veut une enquête

AFP Mis à jour le 27/11/2011 à 14:08 |

Le club DSK a estimé que le parquet devait enquêter après l’enquête d’un journaliste américain rapportant des détails sur ce qui a pu se passer le 14 mai dernier au Sofitel de New York où Dominique Strauss-Kahn a été accusé d’agression sexuelle. « Les nombreuses révélations d’un journaliste d’investigation indépendant, Jay Edward Epstein dans le NYRB (New York Review of Books), viennent confirmer la possibilité d’un traquenard politique visant à espionner, voire à éliminer sciemment de la course (présidentielle), le principal concurrent du chef de l’Etat avec la complicité du parti majoritaire et d’un groupe international français (le groupe Accor, proporiétaire du Sofitel)! », écrit le Club DSK dans un communiqué.

« Le Parquet doit se saisir des éléments d’investigation pour se procurer les fadettes des communications téléphoniques et e-mails entre l’Elysée, l’UMP et New York le 14 mai 2011 où il semble avéré que des communications, d’abord démenties, puis reconnues, ont permis d’être au courant de l’affaire du Sofitel », ajoute ce club de partisans de l’ancien directeur général du FMI. Il estime également que « le Parlement doit créer une commission Parlementaire pour réaliser une enquête en toute transparence sur les différents élements connus à ce jour afin de contribuer à la manifestation de la vérité dans cette affaire du BlackBerry Gate ! ».

Dans son enquête, M. Epstein rapporte des détails sur ce qui s’est passé le 14 mai 2011 à l’hôtel Sofitel de Manhattan, où Dominique Strauss-Kahn a été accusé d’avoir agressé sexuellement une femme de chambre, Nafissatou Diallo, alors qu’il faisait figure de favori pour la présidentielle de 2012. Il affirme que DSK a été prévenu par une amie le matin même que l’un de ses téléphones portables, un BlackBerry, avait probablement été piraté, l’un de ses courriels privés ayant été lu à l’UMP, le parti du président Nicolas Sarkozy. Il rapporte que ce téléphone a été égaré et jamais retrouvé, et que deux hommes du Sofitel se seraient réjouis de façon ostentatoire de ce qui arrivait à M. Strauss-Kahn.

Le site du Club DSK va faire peau neuve

Changement d’hébergeur, de technologie, pour plus d’efficacité, le site du Club DSK fait peau neuve.

En attendant que le site aménage, très prochainement, dans ses nouveaux locaux virtuels, nous publierons les dernières actus ici. L’historique complet de l’ancien blog sera repris dans le nouveau site.

%d blogueurs aiment cette page :