Marianne / Affaire DSK : la Sarkozye et le NYPD main dans la main ?

Frédéric Ploquin – Marianne | Jeudi 9 Juin 2011

La police de New York a fait montre d’un zèle certain dans le traitement de l’affaire DSK. Peut-on pour autant parler d’un excès de zèle ? Voire, comme le suggèrent certains strausskahniens, d’une enquête entièrement sous contrôle ?

Si l’on s’en tient aux faits, nombre d’agressions sexuelles commises dans les hôtels n’arrivent pas aux oreilles de la police, même à New York. Il s’en est ainsi fallu de peu qu’un homme d’affaires égyptien de 72 ans, qui n’avait probablement pas lu la presse, ne passe aux travers des mailles du filet quelques jours après DSK : le manager de l’hôtel, un établissement bien plus chic que celui où logeait l’ancien champion socialiste, le Pierre, a renvoyé chez elle la femme de ménage qui se plaignait d’agression sexuelle. Ce n’est que deux jours plus tard, alors qu’elle a rapporté les faits à un autre manager, que l’Egyptien a été arrêté et envoyé dans la prison où DSK a passé une nuit.Le « frenchy », lui, n’a pas eu de répit : il a été rattrapé à bord de l’avion d’Air France peu avant son décollage de l’aéroport JFK. Le fait que le personnel du Sofitel soit particulièrement syndiqué, fait rare aux Etats-Unis, n’y est pas étranger. Le profil du chef de la sécurité a aussi pesé dans la balance : ancien du FBI, il connaît les arcanes de la police et de la justice. C’est lui qui a transmis à la victime, Nafissatou Diallo, 32 ans, la carte de visite de l’avocat Jeff Shapiro.

Il était autour de 14 heures, ce samedi 14 mai. 20 heures à Paris. La police a été contacté par le biais du numéro d’urgence, le 911, et c’est le commissariat le plus proche qui est d’abord intervenu. C’est après que les choses se sont très rapidement emballées, donnant l’impression que l’on a voulu faire de cette histoire  (un membre du petit personnel agressé par un VIP) un cas d’école. Une sorte d’exemple, comme pour montrer que le rêve américain n’est pas seulement du vent vendu aux gogos. Parce que l’auteur présumé de cette agression sexuelle est français ? Parce qu’il est socialiste ? Parce qu’il n’appartient pas à l’élite blanche et protestante américaine ?

Les adeptes de la théorie du complot voient au delà. De quoi se nourrissent-ils ? Le responsable international de la sécurité de la chaine Sofitel est un ancien commissaire de police français, René-Georges Querry (qui ne parle pas un mot d’anglais). Un commissaire de police français est affecté en permanence auprès du NYPD, c’est d’ailleurs lui qui le premier récupère l’information et la transmets à son supérieur en France, Emile Perez, patron de la coopération policière, ancien secrétaire général du syndicat des commissaires et co-auteur de nombreux ouvrages avec Alain Bauer, le grand manitou de la sécurité en France, mais surtout le criminologue le plus écouté de l’Elysée. Emile Perez n’a pas attendu, cette nuit-là, pour réveiller ses deux supérieurs directs, le directeur général de la police et le directeur général de la gendarmerie.

« Des éléments concordants montrent que le gouvernement français a été informé en temps constant, affirme un responsable socialiste proche de DSK. Sarkozy a été prévenu dans la nuit et il s’est rendormi, ce qui n’est probablement pas le cas de Claude Guéant ». Il ne restait désormais qu’à démasquer le patron du NYPD pour boucler la boucle et suggérer que l’opération anti-DSK a été orchestrée entre Paris et Manhattan. Raymond Kelly, un Irlandais de 60 ans, est considéré comme un démocrate. Chef de la police de New-York en 1991, il en a été écarté par les Républicains, qui l’ont envoyé en mission en Haïti. Il est ensuite devenu sous-secrétaire d’Etat au Trésor, d’où il a supervisé les grandes agences d’enquête jusqu’en 2000, avant de prendre la direction des douanes. Bush élu, il fait un crochet par le monde des banques, jusqu’au jour où le maire de New York, Michael Bloomberg, vient le chercher pour le remettre à la tête du NYPD. « C’est un pragmatique, un vrai flic », dit de lui un commissaire français. Un flic que l’on voit souvent à Paris, et pas seulement pour assister à la remise d’une décoration à Alain Bauer par Nicolas Sarkozy. Il dispose d’un service de renseignement qui n’a rien à envier à la CIA, dirigé par un ancien numéro 2 de ce service, d’un sécurité publique et d’une PJ…

Un parcours et un profil qui ont de quoi alimenter la suspicion, mais du côté de la Place Beauvau, on maintient que le NYPD n’a jamais transmis le moindre rapport à la police française. « On distille ces soupçons pour discréditer la victime, affirme même un commissaire français, alors que la chose qui compte, c’est ce qui s’est passé ce jour-là entre 12 heures et 12 heures 28, dans la suite occupée par Dominique Strauss-Kahn ».

Les policiers français auraient donc été informés très rapidement du fait qu’une plaignante, « female, black, 32 », accusait DSK d’agression sexuelle. Les Américains auraient-ils pris le risque d’en transmettre davantage au risque de fragiliser une procédure délicate ? Pas sûr que la prospérité de l’amicale des chefs de la police montée par Raymond Kelly et ses amis français passe avant les règles de la police new-yorkaise. Ni que le chef de la « Special victims division », en charge des abus sexuel se soit prêté à une quelconque manipulation.
« DSK a été traité comme Madoff, ni plus ni moins, assure un avocat new-yorkais. C’est un signe envoyé au peuple à qui l’on veut faire croire que tout le monde est au même niveau, le petit personnel comme les VIP. DSK nourrit à ses dépens le rêve américain, dont nous savons tous qu’il n’est qu’une façade ».
« L’hypothèse d’un complot monté par les services de renseignement était plausible dans la première affaire, celle de l’employée hongroise du FMI, tranche un responsable de la direction centrale du renseignement intérieur (DCRI). Pour cette fois, c’est plus compliqué, sauf à imaginer que la jeune femme ait été recrutée par les services et téléguidée jusque dans la suite du Sofitel… » Une hypothèse dont ne manqueront pas de s’emparer les avocats de DSK, qui feront feu de tout bois jusqu’au jour d’un éventuel procès.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :